Association de bienfaiteurs: les auxiliaires du jardin (2)

Le Hérisson, chasseur semi-nocturne…

Le Hérisson est un animal semi-nocturne. La nuit est consacrée à la chasse. Dès le crépuscule, il cherche sa nourriture composée d’insectes, de vers, d’escargots, de limaces, d’œufs, de fruits et de baies. Occasionnellement, il s’attaque aux serpents, lézards, rongeurs, batraciens et oiseaux nichant à terre. Il passe la journée dans un gîte qu’il aménage avec des feuilles, ou sous un buisson, et n’effectue que de rares sorties diurnes.
Il fait énormément de bruit en se goinfrant: il mastique bruyamment, grogne, s’énerve, envoie de la terre à plusieurs mètres lorsqu’il gratte le sol, fouille parmi les feuilles, renifle bruyamment.
A la fin de l’automne, il commence à chercher un endroit pour hiberner. Ses sites d’hibernation favoris se situent généralement sous un tas de bois, un tas de feuilles, sous un arbuste ou tout autre endroit à l’abri du froid et du vent. Une fois le site idéal trouvé, il s’aménage un petit nid capitonné de mousse et de feuilles.
Dès que la température chute en dessous de 10° C, il entre en léthargie, mais se réveille brièvement de temps à autre lorsque la température devient trop basse. A chaque réveil, il épuise ses réserves énergétiques, ce qui peut lui être fatal pour passer le reste de l’hiver. Le réveil définitif se fait au printemps, vers le mois d’avril, quelles que soient les conditions climatiques.
Le hérisson bénéficie d’un statut de protection total par l’arrêté du 23 avril 2007. Il est donc interdit en tout temps et sur tout le territoire français, de détruire, capturer ou enlever, de naturaliser, qu’il soit vivant ou mort, de transporter, d’utiliser, de commercialiser le Hérisson d’Europe.

Le Lézard, chasseur d’insectes…

Au jardin, le Lézard est un petit auxiliaire intéressant car il se nourrit de différents insectes : œufs de fourmis, araignées, chenilles, grillons, criquets, sauterelles mais aussi vers de terre, pucerons, mouches et autres.
L’autotomie de sa queue sans écailles est une caractéristique propre au lézard, c’est-à-dire qu’elle peut se casser lorsqu’elle est attrapée par un ennemi : elle continue alors de bouger une fois coupée ce qui peut tromper le prédateur, en permettant au lézard de se sauver (et la queue repoussera).

L’Orvet, chasseur d’insectes…

L’Orvet ne fait qu’une bouchée des vers, cloportes, araignées, limaces, escargots et autres insectes.
Il vit dans la végétation qui lui permet d’être à l’abri des regards : friches, haies, landes, lisières de bois, bords de plans d’eau, roches diverses, vieilles souches, ainsi que les paillis et tas de compost. Cet environnement lui offre également toute la nourriture dont il a besoin.
Pour savoir si vous avez affaire à un orvet inoffensif ou à un serpent susceptible de mordre, observez les yeux : le premier cligne des yeux avec ses paupières mobiles tandis que le serpent a une paupière fixe translucide.
En France, l’orvet est protégé par l’arrêté du 19 novembre 2007 fixant les listes des amphibiens et des reptiles protégés sur l’ensemble du territoire et les modalités de leur protection.
Malheureusement, les populations d’orvet sont quand même en diminution du fait, d’une part, de l’agriculture intensive, grande consommatrice de pesticides et fongicides qui les empoisonnent et, d’autre part, de la confusion fréquente, par ignorance, avec le serpent qu’on tue. L’augmentation de la circulation routière et l’urbanisation croissante au détriment des zones agricoles ne sont pas sans conséquences non plus sur la diminution des orvets.

La Chauve-souris, chasseuse de moustiques…

La Chauve-souris est un animal qui colporte toutes sortes d’appréhensions et de peurs liées à des croyances ancestrales l’associant à la mort et aux mauvais sorts. Il n’en est rien, elle est au contraire bien utile pour lutter contre les moustiques et les mouches.
La chauve-souris est insectivore et tous les petits insectes volants (mouches, moustiques, papillons nocturnes…) qu’elle capture en vol sont autant de risques de piqûres en moins, notamment dans les zones infestées de moustiques. A elle seule, elle peut capturer 600 insectes par heure ! Son utilité est particulièrement remarquable car elle chasse à la tombée de la nuit les insectes que d’autres animaux insectivores qui sont diurnes ratent (hannetons, noctuelles, carpocapses, phalènes…).
Malheureusement, bien que les chauves-souris puissent vivre jusqu’à 15 ans environ, leur population diminue d’année en année: les pesticides déversés dans les champs les empoisonnent, la pollution lumineuse de plus en plus importante les fait fuir, les éoliennes les perturbent, les grillages ou la fréquentation humaine importante des lieux d’hibernation les gênent…
En France, les chauves-souris sont intégralement protégées depuis un arrêté ministériel de 1981 et l’arrêté ministériel du 23 avril 2007 relatif à la protection des mammifères selon l’article L.411-1 du Code de l’Environnement. Certaines espèces figurent dans la liste rouge de la faune menacée de France et 13 espèces sont présentes sur la liste rouge de l’UICN.

La Grenouille, chasseuse amphibie…

Le têtard ne mange que des herbes aquatiques mais la Grenouille, une fois adulte, devient carnivore: insectes de toutes sortes (mouches, papillons, libellules …) chenilles, vers, lézards, … sont leur menu quotidien. Ce sont donc de précieux auxiliaires du jardin.
https://inpn.mnhn.fr/reglementation/protection/listeEspecesParArrete/739

Le Crapaud, chasseur amphibie…

Le crapaud va jouer un rôle important au jardin. Sa nourriture est constituée de ce qu’il chasse, à savoir insectes, cloportes, mille-pattes, vers de terre, mais surtout limaces, escargots et chenilles.
https://inpn.mnhn.fr/reglementation/protection/listeEspecesParArrete/739

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *